Naturopathe-Iridologue

Conseillère en Fleurs de Bach

2146 Route de Mende - Montpellier

Tél : 06 12 66 90 64

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram
Rechercher
  • Véronique Leymarie

Mon avis sur les végétariens, végétaliens et vegans (au risque d'en faire hurler certains)



Depuis quelques années maintenant, nous voyons émerger deux clans, les mangeurs de viande et les non-mangeurs de viande. Nous trouvons dans cette 2ième catégorie les végétariens, végétaliens et vegans. La plupart du temps ces deux clans se scrutent, avec une sorte d’incompréhension mutuelle.


Une fois n’est pas coutume, je vais partager mon avis sur la question.


Voilà maintenant plusieurs années que je suis un régime majoritairement végétarien. Il m’arrive de manger du poisson mais cela est exceptionnel, seulement quand je n’ai pas d’autres options, l’exemple typique étant quand je suis invitée ou au restaurant.

Pour tout vous dire, ce n’est pas un choix que j’ai fait par conviction pour la cause animale, c’est un choix qui s’est imposé à moi. Alors que j’étais une grande fan de viande et en particulier de bœuf, je suis partie une dizaine de jours à une université d’été de naturopathie où cours de laquelle les repas étaient majoritairement sans viande. A mon retour à la maison, je n’ai tout simplement plus eu envie de viande et je me suis rendue compte qu’à chaque fois que j’en consommais je ne me sentais pas en forme, lourde. J’ai donc décidé de ne plus manger de viande. Il se trouve que le fait d’arrêter la viande a considérablement réduit mes maux de tête.

Je dois dire que ce régime me convient tout-à-fait et il m’a permis de découvrir une nouvelle cuisine. Je le reconnais, la transition n’est pas facile à faire dans une culture où nous sommes habitués à consommer de la viande tous les jours. Etonnamment la viande ne me manque pas du tout. D’ailleurs si elle me manquait, je ne serais pas végétarienne. Le plus compliqué en réalité est la gestion des repas à l’extérieur. Je suis bien consciente que je mets dans l’embarras les personnes qui m’invitent et qui ont l’habitude de manger de la viande. Par ailleurs, j’ai l’impression de toujours avoir l’obligation de justifier le choix que j’ai fait. Cependant lorsque j’explique que si je ne mange pas de viande c’est pour ma santé, les gens sont beaucoup plus compréhensifs. Même si aujourd’hui je n’aurais plus du tout envie d’animal et lorsque je vois le traitement imposé à ces pauvres bêtes, je suis bien contente de ne pas y participer.


Donc dans ma recherche de nouvelles recettes végétariennes, je me suis inscrite sur des pages facebook de végétariens, végétaliens et vegans. Et là j’ai découvert tout un nouveau monde, qui je dois le dire m’a fait peur !

Alors que je m’attendais à voir passer de succulents mets à base de légumes, légumineuses, fruits, je n’ai vu que des recettes de junk food : des pâtes, des pizzas, des burgers ! pas de ratatouilles, dhals, tians….Et le pire de tout, ce sont les échanges concernant les soi-disants délicieux substituts de viande, charcuterie ou crevettes ! Pour vous raconter une anecdote à ce sujet, une fois une internaute a posté une photo de quelque chose de rose et blanc, sous vide. Elle venait d’acheter le produit dans un magasin allemand et se demandait ce que c’était (déjà, comment acheter quelque chose de pareil sans même savoir ce que c’est ?!?). Il s’est avéré que c’était des fausses crevettes et je peux vous dire que ça n’avait pas du tout l’air appétissant !

Moi qui pensais qu’être un non-mangeur de viande impliquait forcément prôner une alimentation saine…

Un jour, un nouveau venu sur la fameuse page facebook s’est permis un post en ce sens. Il disait quelque chose comme « je ne comprends pas pourquoi dans vos recettes nous trouvons peu de légumes, encore moins de légumes de saison et majoritairement des aliments industriels qui sont tout sauf sains ». Les réactions ne se firent pas attendre et ce fût des dizaines de commentaires expliquant qu’être végétarien, végétalien ou vegan impliquait de ne pas faire souffrir les animaux mais n’impliquait en aucune manière d’avoir un mode de vie sain ou d’être éco-responsable ! Ouah, donc ils refusent de faire souffrir des animaux mais ne se sentent absolument pas concernés par leur propre santé (à la limite, ça les regarde) ou par la planète ! Bien sûr, je ne fais pas là une généralité. Heureusement beaucoup de non mangeurs de viande, j'espère même la plupart, ont une conscience écologique. Mais au vu de ce qui est publié sur Internet, ils sont quand même nombreux à avoir ce genre de philosophie destructrice. Et c’est là que le bas blesse. Car ils donnent des arguments supplémentaires à ceux qui critiquent les végétariens.


Une fois sur un marché, j’ai assisté à une discussion entre un maraîcher bio et une cliente vegan. Alors qu’elle expliquait qu’elle ne consommait rien qui provienne d’un animal, le maraîcher lui raconta qu’il utilisait un âne pour travailler dans ses champs et que cela lui avait été reproché par des défenseurs des animaux qui l’incitaient presque à préférer un tracteur. Je ne sais pas quelle est votre opinion sur le sujet, mais là il me semble que l’on marche sur la tête.


Bref, je ne remettrai jamais en cause la liberté de chacun de choisir de manger de la viande ou pas, de consommer des produits d’origine animale ou pas. Mais il me semble qu’il est bon d’avoir une certaine logique. Dans notre monde tout n’est-il pas lié ? les animaux, la nature, les êtres humains ? Comment vouloir préserver les animaux et ne pas se soucier de la pollution que nous causons, de la nature que nous détruisons par notre mode de vie moderne, par nos industries ? Car rappelons-le, toutes les fausses viandes, charcuteries ou crevettes, sont de purs produits industriels. La grande distribution a bien compris qu’il y avait là un créneau à prendre et elle offre tous les jours de plus en plus de choix à ses clients végétariens. Acheter ces produits, c’est encore faire le jeu de ces grandes industries qui nous font ingurgiter des pesticides, des additifs souvent toxiques. Et je ne parle même pas de la pollution engendrée par les usines, par les moyens de transports….

Mon opinion sur le sujet est qu’aujourd’hui beaucoup de gens sont végétariens, voir même plutôt végétaliens ou vegans, par effet de mode. Certes ils souhaitent prendre position par ce mode de vie pour la cause animale. Mais beaucoup ne sont en réalité pas prêts à changer leurs habitudes. Je m’interroge alors sur le temps que va durer ce phénomène. Je crains que d’ici quelques années, tous nos jeunes végétaliens, plein de fougue, avec parfois l’intolérance qui l’accompagne, ne mettent de côté leurs intentions qui étaient bonnes au départ. Ne plus manger de viande ne signifie pas à mon sens la remplacer par quelque chose qui y ressemble. Ne plus manger de viande signifie consommer autrement, aller à la rencontre d’une nouvelle alimentation. Ce n’est pas facile, et si l’on n’est pas prêt à effectuer ses changements, mieux vaut continuer à manger des œufs, ou à consommer de la viande mais en choisissant d’aller acheter ces produits chez des agriculteurs proches de chez nous et respectueux de l’animal et de la planète.

114 vues