Rechercher
  • Véronique Leymarie

Et si on parlait vin biologique … ?ou autre vin naturel….

Mis à jour : 27 avr. 2019



Dans la mesure où je ne consomme que des produits issus de l’agriculture biologique, c’est en toute logique que j’essaie au maximum de boire du vin biologique.


Car je vous le rappelle le vin est bon et il est même recommandé d’en boire tous les jours, à raison d’un verre par repas.


Bien entendu, j’ai converti mon entourage aux vins biologiques qui sont par ailleurs très souvent de très bonne qualité. Il est de plus en plus facile d’en trouver notamment dans une région comme la mienne, le Languedoc, où de plus en plus de viticulteurs se convertissent au bio.


Mais un jour alors que je faisais l’éloge de ces vins, on m’a posé une question à laquelle je n’ai pas su répondre : « tous les vins bio sont-ils obligatoirement sans sulfites ? ».

En effet, aujourd’hui on entend beaucoup parler des sulfites (SO2) contenus dans le vin. Ce sont des dérivés de soufre utilisés comme conservateur et antiseptique afin que le vin ne se transforme pas en vinaigre. Le problème est que ces sulfites peuvent s’avérer dangereux à fortes doses (maux de tête, troubles intestinaux, inflammations…)

Il est vrai qu’à côté des vins bio on trouve aussi des vins sans sulfites. Je me suis donc un peu attardée dans les rayons des magasins et je me suis rendue compte qu’il y avait tout un tas de mentions : vin sans sulfites, vin bio, vin bio sans sulfites, vin naturel ... De quoi s’y perdre ! J’ai donc décidé d’approfondir mes recherches pour découvrir que tout n’est pas aussi simple que ce que je le pensais.


Je vous explique….

On peut classer les vins dans trois catégories.


Les vins de l'agriculture conventionnelle


Ce sont les vins que tout le monde connait et les plus répandus puisqu’ils représentent 90 % du vignoble. Les vins sont faits à partir de raisins issus de l’agriculture conventionnelle. Comme nous le savons tous il s’agit d’une agriculture qui utilise énormément de pesticides et qui est très polluante. Et malheureusement la viticulture est une des agricultures qui utilise le plus de pesticides…

Ces raisins sont ensuite transformés en vin par la vinification conventionnelle qui fait intervenir de nombreux procédés et intrants (produits non présents naturellement) rajoutés dans le but d’obtenir le meilleur vin possible. Ainsi le vin est obtenu par l’ajout de nombreux produits de synthèse. Le vigneron peut faire ce qu’il veut, dans la limite de la réglementation bien entendu.

Une alternative est l’agriculture raisonnée dans laquelle l’usage des pesticides et autres polluants est limité sans être pour autant exclu. Mais dans la mesure où aucun label ou aucun cahier des charges n’existe, cette notion reste assez floue.


Les vins biologiques


Jusqu’en 2012, ce label était attribué aux vins fabriqués avec du raisin issu de l’agriculture biologique. Pour rappel, l’agriculture biologique n’utilise pas d’engrais chimique, pesticides ou herbicides. Les insectes prédateurs sont favorisés pour limiter les ravageurs et les engrais utilisés sont naturels (fermentation des déchets organiques). Mais la vinification n’était soumise à aucune réglementation.

Depuis 2012, toute la chaîne de fabrication est soumise à un cahier des charges en vertu d’une réglementation Européenne. Oui mais voilà, bien que plus encadrés, on trouve toujours des intrants dans l’élaboration du vin. Et ils sont encore très nombreux. Ainsi peuvent être utilisées des machines à vendanger, l’addition de sulfites, de levures industrielles, le charbon activé, la gélatine alimentaire, la colle de poisson, ect, et beaucoup d’autres additifs.

Voilà qui explique pourquoi on trouve des vins bio contenant des sulfites même si la quantité autorisée est quelque peu inférieure à celle des vins conventionnels (160 mg/l pour le rouge à 200 mg/l pour le blanc en conventionnel, 100 mg/l à 150 mg/l pour le bio).


(Pour en savoir plus : http://www.ecocert.fr/sites/www.ecocert.fr/files/FDSVinif.pdf)


Heureusement, bien souvent les vignerons qui sont dans une logique de produire du bio en adoptent également la philosophie et se limitent donc eux-mêmes. Cependant, en raison d’une réglementation trop laxiste, la possibilité de dérives existe.

Bien que différente, on peut associer à l’agriculture biologique l’agriculture biodynamique. On y trouve comme labels Demeter et Biodyvin. C’est une agriculture ayant une vision d’ensemble de la nature. Son but est de renforcer tout l’écosystème, en commençant par le sol. On laisse se développer la faune et la flore environnant la vigne.

En ce qui concerne le vin, le cahier des charges est beaucoup plus restrictif pour ce qui est des intrants utilisés.


Les vins naturels


Les raisins utilisés proviennent d’une agriculture biologique ou biodynamique. Les vendanges se font manuellement. Il s’agit ici de vins élaborés sans aucun ajout, tel que cela s’est fait depuis la nuit des temps. Seul un petit ajout de soufre peut parfois être autorisé. On laisse le vin se faire sans intervenir. On comprend le travail considérable que demande ce vin, soumis aux aléas de la météo. De la vigne à la bouteille, le vin est accompagné et non pas transformé par une intervention chimique ou mécanique.

Il n'y a pour l'instant pas de certification "Vin naturel", mais des vignerons s'engagent sur des chartes et se regroupent au sein d'associations comme l'Association des Vins Naturels ou encore les Vins S.A.I.N.S.

On ne dit pas que les vins naturels sont toujours bons car le risque « de défaut » existe. Et c’est justement là leur charme. Ils donnent envie d’être découverts. Ce sont des vins vivants, sains et digestes. Ils gagneront à être carafés et leurs arômes peuvent être surprenants car on y trouve tous les goûts du terroir.

Pour ce qui est de la teneur en soufre, voici ce que l’on peut retenir :

- Vin conventionnels rouge normes E.U : 160 mg/litre de soufre

- Vin rouge issu de l’Agriculture Biologique : 100 mg/litre de soufre

- Vin rouge Demeter (biodynamique) : 70 mg/litre de soufre

- Vin rouge Association des Vins Naturels : 30 mg/litre de soufre


Mais n’oublions pas que ce qui fait un vin avant tout c’est le vigneron. Certains vins seront faits dans les règles de l’art mais sans certification. Ils n’en seront pas moins bons.

L’essentiel est donc de bien connaître le vigneron et ses méthodes de production.

Pour le reste, je vous laisse apprécier et savourer….

0 vue

Naturopathe-Iridologue

Conseillère en Fleurs de Bach

2146 Route de Mende - Montpellier

Tél : 06 12 66 90 64

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram